MusiqueMusiqueMusique
-
<!-- Mon compteur de vote Weborama -->
<A HREF="http://www.weborama.fr/?id_vote=467816" target="_top">Votez pour ce site au Weborama</A>
<!-- fin de mon code-->

MusiqueMusiqueMusique

Musique classique, jazz, variétés d'hier et d'aujourdhui
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Derniers sujets
» Johnny Green
Dim 3 Avr - 10:02 par Charly2

» Eugen Kapp
Mer 23 Mar - 17:54 par Charly2

» Olga Peretyatko
Dim 20 Mar - 12:16 par Charly2

» Tarcisio Teruzzi
Dim 20 Mar - 12:10 par Charly2

» Rebekah Harkness (1915-1982) : "Voyage vers l’Amour" ballet (1958)
Sam 19 Mar - 12:03 par Charly2

» Kerson Leong
Ven 18 Mar - 22:35 par Charly2

»  BORIS VIAN
Ven 18 Mar - 19:42 par Charly2

» Alexei Machavariani
Dim 13 Mar - 14:01 par Charly2

» Lee Hoiby
Sam 12 Mar - 13:30 par Charly2

Partenaires

créer un forum

      

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 3 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 3 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 28 Déc - 20:57

Partagez | 
 

 Ravi Shankar

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
CARME

avatar

Messages : 1341
Date d'inscription : 11/12/2012
Localisation : PACA

MessageSujet: Ravi Shankar   Sam 22 Déc - 20:17

Robendra Shankar dit Ravi Shankar est un musicien sitariste et compositeur indien, de notoriété internationale depuis les années 1960, né le 7 avril 1920 à Vârânasî (Benarès, Inde). Il est le père de Norah Jones, le frère du danseur Uday Shankar (en) et l'oncle d'Ananda Shankar, fils de ce dernier.


Le Dr Shyama Shankar, son père, était fils de Barapa Shankar, riche propriétaire terrien dont il hérita des terres dans l'est du Bengale. Il avait suivi des études brillantes d'avocat, et se retrouva ministre (diwan) du Maharajah de Jhalawar. Sa femme, Hemangini, accoucha d'un cinquième et dernier fils le 7 avril 1920, qu'ils appelèrent Robendra, surnommé d'abord Robu, puis plus tard Ravi. Robu Shankar est né dans la ville de Vârânasî (Bénarès), haut lieu de pèlerinage pour les hindous.

Shyama, son père, faisait partie de la caste sacerdotale des brahmanes, la plus haute dans la hiérarchie hindoue, mais n'exerçait aucune fonction religieuse. Shyama Shankar partit très tôt exercer à Londres en tant qu'avocat, puis à Genève, à la Société des Nations. Puis il alla enseigner à l'Université Columbia à New York.

Il est mort lorsque Robu avait 15 ans. Mais Uday, le frère aîné, dirigeait alors une troupe d'artistes, et engagea le petit Robu comme danseur. Lui voulait être acteur, mais danser dans une troupe qui l'emmena de Bénarès à Bombay, puis à Venise, Paris et Londres lui semblait un bon début de carrière. La famille s'installa même quelque temps à Paris en 1930.

Uday voulut alors pour sa troupe un des meilleurs musiciens indiens et fit venir l'illustre Ustad Allauddin Khan. Robu fut très impressionné par son talent, lui qui s'essayait déjà depuis quelques années à la vînâ, à l'esraj et au sitar, en plus de la danse et du chant.

À la mort de son mari, Hemangini Shankar confia Robu au guru musicien, qui le prit sous son aile comme un fils. Mais seulement après que ce dernier eut décidé de tout quitter pour son enseignement.

C'est lorsque son frère décida d'arrêter la troupe et de rentrer en Inde que Robu prit la grande décision. Il se rasa la tête, enfila des vêtements très simples, rejoignit Ustad Allauddin Khan, et resta sept années auprès de lui dans la tradition du Guru Kul, c’est-à-dire une initiation dans des conditions parfois très dures ; surtout pour un petit dandy habitué aux hôtels de luxe. Il apprit le sitar, le surbahar, le style et la technique de la vînâ, du rabâb et du sursingar. Robu Shankar était très doué, et après ses études il se fit vite remarquer par de grandes personnalités musicales indiennes.

Ce n'est qu'en 1956 (à l'âge de 36 ans) qu'il se produisit en Amérique pour la première fois, et qu'il commença sous le nom de Ravi Shankar sa « mission » de popularisation de la musique indienne auprès de l'Occident. Pourtant, lors du début du concert donné en 2000 au Carnegie Hall de New York et distribué sous le titre Full Circle, il affirme avoir joué sur cette même scène en 1938, en tant que danseur et musicien.

Le son particulier du sitar, avec tous ses effets de résonance sympathique, attira très vite les musiciens rock des années 1960, en pleine recherche d'originalité, d'effets exotiques mystérieux et psychédéliques. En 1966, George Harrison des Beatles devint son élève et joua du sitar sur Norwegian Wood, puis d'autres titres par la suite. Brian Jones des Rolling Stones utilisa également le sitar sur Paint It, Black. Collin Walcott (qui fondera le groupe Oregon) fut le premier musicien occidental à intégrer le sitar et les tablâs dans la plus grande partie de ses compositions, après avoir été roadie sur une tournée de Ravi Shankar.

En 1967, Ravi Shankar fonde son école Kinnara à Los Angeles. La même année, il joue au Monterey Pop Festival, en 1969 à Woodstock, et en 1971 au concert pour le Bangladesh (organisé par G. Harrison).

Durant cette période, les rencontres se multiplient et donnent lieu à des collaborations inattendues, comme avec le violoniste classique Yehudi Menuhin ou le flûtiste Jean-Pierre Rampal sur l'album West meets East ; John Coltrane, par admiration, prénomme son fils Ravi. Pendant les années 1970 et 1980, son emploi du temps est partagé entre l'enseignement, la scène et les enregistrements.

Il a donné des concerts dans toutes les grandes villes du monde. Il jouait en 1968 au Festival d'Avignon quand une troupe d'« intellectuels contestataires » est montée sur la scène pour crier des slogans poing levé et Ravi continua à jouer comme si de rien n'était, les yeux perdus dans le vague, assis en tailleur au milieu des gens debout qui gesticulaient. Il a composé des musiques de films pour Satyajit Ray et celle de Gandhi de Richard Attenborough.

À noter quelques albums durant cette période : Concerto for sitar avec André Previn, en 1971, Shankar Family en 1974, ou sa collaboration avec des musiciens japonais (East greets East), ou ses duos avec Ali Akbar Khan au sarod, le fils de son gourou.

En 1987, il signe chez Private Music, le label de Peter Baumann (du groupe Tangerine Dream), et enregistre Tana Mana, avec pour la première fois des synthétiseurs, et de nombreux invités de tous horizons (le Ravi Shankar Project), dont à nouveau George Harrison. Un album suit très vite au cours de sa tournée en URSS : Inside the Kremlin. Puis Passages, en collaboration avec Philip Glass.

En 1989, Ravi Shankar monta le projet scénique Ghanashayam - a broken branch, qui mêlait musique, théâtre et danse des traditions orientales et occidentales. Un spectacle présenté en Angleterre par le City of Birmingham Touring Opera.

Il revint dans l'actualité en 1997 en sortant l'album Chants of India (produit par Harrison), constitué uniquement de chants religieux, pour la plupart védiques, ou des compositions restant complètement dans cet esprit.

Il n'a depuis produit qu'une série de rééditions ou de compilations, hormis la mise en avant de sa fille et élève : Anoushka Shankar, qui a sorti plusieurs albums. Elle l'accompagne désormais toujours en tournée. Son autre fille, Norah Jones, a préféré le jazz et la pop et est devenue une star dans ce domaine. Son neveu, Ananda Shankar (1942-1999), fils de Uday Shankar, explora le métissage de la pop électro avec la musique indienne ; il joua également du sitar d'une façon plus occidentale mais très entraînante.

Peu à peu rejoint dans la notoriété par la jeune génération de virtuoses (comme les percussionnistes compositeurs Zakir Hussain et Trilok Gurtu, par exemple), il demeure le musicien indien le plus renommé au monde et le premier ambassadeur de la musique indienne.
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
 
Ravi Shankar
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ravi Shankar
» Ravi Shankar
» Musique Indienne
» Leçon de Musique de Ravi Shankar. Arte 29.3.2010
» Ram Narayan et autres musiciens indiens classiques

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MusiqueMusiqueMusique :: MUSIQUES DU MONDE :: MUSIQUE DE MONDE-
Sauter vers: