MusiqueMusiqueMusique
-
<!-- Mon compteur de vote Weborama -->
<A HREF="http://www.weborama.fr/?id_vote=467816" target="_top">Votez pour ce site au Weborama</A>
<!-- fin de mon code-->

MusiqueMusiqueMusique

Musique classique, jazz, variétés d'hier et d'aujourdhui
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
jeanne Damia jazz jean george saint jour
Derniers sujets
» Johnny Green
Dim 3 Avr - 10:02 par Charly2

» Eugen Kapp
Mer 23 Mar - 17:54 par Charly2

» Olga Peretyatko
Dim 20 Mar - 12:16 par Charly2

» Tarcisio Teruzzi
Dim 20 Mar - 12:10 par Charly2

» Rebekah Harkness (1915-1982) : "Voyage vers l’Amour" ballet (1958)
Sam 19 Mar - 12:03 par Charly2

» Kerson Leong
Ven 18 Mar - 22:35 par Charly2

»  BORIS VIAN
Ven 18 Mar - 19:42 par Charly2

» Alexei Machavariani
Dim 13 Mar - 14:01 par Charly2

» Lee Hoiby
Sam 12 Mar - 13:30 par Charly2

Partenaires

créer un forum

      

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 6 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 6 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 115 le Ven 16 Mar - 2:02

Partagez | 
 

 Colette Magny

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Colette Magny    Sam 23 Fév - 12:08

Secrétaire dans un organisme international, Colette Magny attend dix-sept ans avant de céder à ses aspirations et se lancer dans la chanson. Auteur, compositeur et interprète, le physique imposant, la voix grave sur des textes engagés, elle s'impose d'emblée comme un personnage singulier dans le paysage musical français du début des années 1960. Repérée à 36 ans dans les cabarets, l'ascension est fulgurante. Elle fait la première partie de Sylvie Vartan, rencontre un succès populaire retentissant avec 'Melocoton' en 1963, avant de partager la scène de l'Olympia avec la même Vartan et Claude François. Catapultée à son insu chef de file d'un certain blues à la française, Colette Magny dérange bientôt par son franc-parler et sa propension à dénoncer les abus et les misères d'autrui. Ses thèmes de prédilection : la révolution, le tiers-monde, les mouvements ouvriers, le racisme, l'écologie. Pas étonnant dès lors que ce son de cloche là détonne dans la France bien-pensante de l'époque. Censurée, oubliée des médias, refusant par principe de se laisser aller à l'auto promotion, la carrière de Colette Magny tombe peu à peu dans l'oubli alors que celle-ci s'essaie à la recherche formelle sur le jazz ou au rock progressif. Un dernier disque de blues-rap, autoproduit, verra le jour en 1991, comme le chant du cygne d'une artiste pas vraiment comme les autres. Refusant de se courber face au système au détriment de la médiatisation de sa carrière, pionnière du rejet par les maisons de disque, Colette Magny n'aura pas courbé l'échine et ainsi marqué une génération.



Ben moi j'aurai courbé l'échinne et je serais moins morose
Revenir en haut Aller en bas
 
Colette Magny
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mickey Baker 1925 - 2012
» Saisons d'autrefois de Colette.
» COLETTE RENARD
» colette
» Les nuits d'une demoiselle (Colette Renard)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MusiqueMusiqueMusique :: ARTISTES DE VARIETES :: CHANTEURS 1960-
Sauter vers: