MusiqueMusiqueMusique
-
<!-- Mon compteur de vote Weborama -->
<A HREF="http://www.weborama.fr/?id_vote=467816" target="_top">Votez pour ce site au Weborama</A>
<!-- fin de mon code-->

MusiqueMusiqueMusique

Musique classique, jazz, variétés d'hier et d'aujourdhui
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
saint george Damia jour jazz jean
Derniers sujets
» Johnny Green
Dim 3 Avr - 10:02 par Charly2

» Eugen Kapp
Mer 23 Mar - 17:54 par Charly2

» Olga Peretyatko
Dim 20 Mar - 12:16 par Charly2

» Tarcisio Teruzzi
Dim 20 Mar - 12:10 par Charly2

» Rebekah Harkness (1915-1982) : "Voyage vers l’Amour" ballet (1958)
Sam 19 Mar - 12:03 par Charly2

» Kerson Leong
Ven 18 Mar - 22:35 par Charly2

»  BORIS VIAN
Ven 18 Mar - 19:42 par Charly2

» Alexei Machavariani
Dim 13 Mar - 14:01 par Charly2

» Lee Hoiby
Sam 12 Mar - 13:30 par Charly2

Partenaires

créer un forum

      

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 4 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 4 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 115 le Ven 16 Mar - 2:02

Partagez | 
 

 Ignaz Joseph Pleyel

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Ignaz Joseph Pleyel    Ven 14 Déc - 17:34



Ignace Joseph Pleyel (né à Ruppersthal (de) près de Vienne le 18 juin 1757 — mort à Paris le 14 novembre 1831, [plɛjɛl]) est un compositeur, éditeur de musique et fabricant de pianos d'origine autrichienne naturalisé français.

Il naît Ignaz Pleyel (pron. allemande [ˈplaɪ̯.l̩]) dans une famille très nombreuse. Son père lui a sans doute donné sa première éducation musicale. À douze ans il est à Vienne et s'y perfectionne auprès du compositeur Jean-Baptiste Vanhal. C'est le comte Ladislas (1746–1786), membre de la célèbre famille Erdődy, qui lui procure les fonds nécessaires pour étudier auprès de Joseph Haydn à Eisenstadt.

On n'a pas de preuves d'un séjour de perfectionnement en Italie.

En 1777, Pleyel est nommé directeur de la musique de cour de son mécène, le comte Erdődy, et publie en 1782 un premier quatuor à cordes. Il est nommé en 1784 directeur de la musique de la cathédrale de Strasbourg, sous les ordres de François-Xavier Richter ; il lui succède à sa mort en 1789 comme maître de chapelle.

À Londres, en 1791, son ancien professeur et ami Joseph Haydn a beaucoup de succès aux Concerts Salomon. Le concurrent de Salomon (le Professional Concert) fait venir Pleyel pour tenir l'affiche contre Haydn ; le succès de Pleyel est lui-même « prodigieux »1 et le retentissement du duel maître—élève dépasse les frontières de l'Angleterre.

De retour à Strasbourg, il achète le château d’Ittenwiller à Saint-Pierre (Bas-Rhin). Sous la Terreur, il comparaît pas moins de sept fois devant le Comité de salut public. Il compose alors des pièces révolutionnaires : La Prise de Toulon, Hymne de Pleyel chanté au Temple de la Raison, Hymne à l'Être Suprême et La Révolution du 10 août, toutes en l'an II. Cette dernière œuvre, pour l'anniversaire de la Journée du 10 août 1792, est composée en quelque sorte le fusil sur la tempe après un travail de sept jours et sept nuits, avec deux gendarmes à la porte et le librettiste lui donnant ses instructions. Il devient citoyen français et est connu désormais sous le nom d'Ignace Pleyel.

Après 1795, on le retrouve à Paris. Sa musique, point trop technique ou difficile, est célèbre. Il ouvre son premier commerce de musique et une maison d'édition musicale. Les éditions de la "Maison Pleyel", fondée en 1797, publieront durant leurs 39 ans de vie environ 4 000 compositions, dont une édition complète des quatuors à cordes de Haydn (1801) et des œuvres d'Adam, Boccherini, Beethoven, Clementi, Cramer, Dussek, Hummel et Onslow.

Désirant adapter les instruments aux exigences des compositeurs et interprètes, il conçoit en 1802 son premier piano muni d'un échappement simple où les cordes sont frappées par un marteau et non plus pincées (comme pour le clavecin). (Le mérite de l'« échappement double », qui permet la répétition rapide d'une note, reviendra à Érard en 1821). Pleyel dépose son brevet en 1807.
La fabrique Pleyel à Saint-Denis, avant 1903

Pleyel revient à Vienne pour affaires en 1805 ; il y revoit son vieux maître Haydn et entend jouer Beethoven, autre élève de Haydn. Il fonde en 1809 la florissante manufacture de pianos — encore active de nos jours — qui porte son nom. Les affaires prennent davantage d'importance dans sa vie et sa production musicale en souffre.

Il s'était marié en 1788. Vers la fin de sa vie, il se retire loin de Paris et se livre au jardinage. Il meurt en 1831. La tombe familiale se trouve au cimetière du Père-Lachaise.

Son fils Camille continuera son travail à la tête de la fabrique de pianos. Il sera à l'origine de la salle Pleyel, aujourd'hui encore un des hauts lieux de la vie musicale à Paris.

Pleyel est cité comme compositeur maçonnique.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Ignaz Joseph Pleyel    Jeu 6 Juin - 18:47

Revenir en haut Aller en bas
 
Ignaz Joseph Pleyel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Panorama de la symphonie française des origines à nos jours
» Salle Pleyel 2009-2010 (programme)
» Joseph Haydn-Symphonies
» Pleyel - Musique française/Pasdeloup - 21/11/09
» Radu Lupu à Pleyel

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MusiqueMusiqueMusique :: LES CLASSIQUES :: MUSIQUE CLASSIQUE-
Sauter vers: