MusiqueMusiqueMusique
-
<!-- Mon compteur de vote Weborama -->
<A HREF="http://www.weborama.fr/?id_vote=467816" target="_top">Votez pour ce site au Weborama</A>
<!-- fin de mon code-->

MusiqueMusiqueMusique

Musique classique, jazz, variétés d'hier et d'aujourdhui
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
jeanne jour leopold jazz Damia jean petits saint george
Derniers sujets
» Johnny Green
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyDim 3 Avr - 10:02 par Charly2

» Eugen Kapp
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyMer 23 Mar - 17:54 par Charly2

» Olga Peretyatko
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyDim 20 Mar - 12:16 par Charly2

» Tarcisio Teruzzi
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyDim 20 Mar - 12:10 par Charly2

» Rebekah Harkness (1915-1982) : "Voyage vers l’Amour" ballet (1958)
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptySam 19 Mar - 12:03 par Charly2

» Kerson Leong
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyVen 18 Mar - 22:35 par Charly2

»  BORIS VIAN
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyVen 18 Mar - 19:42 par Charly2

» Alexei Machavariani
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyDim 13 Mar - 14:01 par Charly2

» Lee Hoiby
saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptySam 12 Mar - 13:30 par Charly2

Partenaires

créer un forum

      

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 115 le Ven 16 Mar - 2:02
Partagez
 

 CAMILLE SAINT SAËNS

Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty
MessageSujet: CAMILLE SAINT SAËNS   saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyVen 14 Déc - 18:12

Un sujet de nini

Camille Saint-Saëns [kamij sɛ̃sɑ̃ːs]1, né à Paris le 9 octobre 1835 et mort à Alger le 16 décembre 1921 est un pianiste, organiste et compositeur français de l'époque post-romantique. Il a écrit douze opéras, dont le plus connu est Samson et Dalila (1877), de nombreux oratorios, cinq symphonies, cinq concertos pour piano, trois pour violon et deux pour violoncelle, des compositions chorales, de la musique de chambre, des pièces pittoresques, dont Le Carnaval des animaux (1886).
De plus, il occupe une place particulière dans l'histoire du septième art, puisqu'il est, en 1908, le tout premier compositeur de renom à composer une musique spécialement pour un film, L'Assassinat du duc de Guise2.
Camille Saint-Saëns commence le piano avec sa grand-tante, puis avec le compositeur et pédagogue Camille-Marie Stamaty (1811-1870). Ce dernier le recommande à Pierre Maleden, compositeur, qui lui enseigne la théorie et la composition.

Saint-Saëns se révèle être un enfant prodige : il donne son premier concert à onze ans en 1846 et fait sensation avec le Troisième Concerto de Beethoven, et le Concerto no 15 K.450 de Wolfgang Amadeus Mozart. Il écrit et joue même sa propre cadence pour le concerto de Mozart.

En parallèle à de brillantes études générales, il entre au Conservatoire à 13 ans, en 1848, où il étudie l’orgue avec Benoist (1794-1878), la composition avec Halévy (1799-1862), et reçoit aussi les conseils de Charles Gounod (1818-1893). Il sort du Conservatoire avec le Prix d’Orgue en 1851. La même année, il tente le Concours du Prix de Rome, mais échoue. En 1852, il obtient néanmoins un prix de composition au Concours Sainte-Cécile de Bordeaux pour sa cantate Ode à Sainte-Cécile.

En 1853, à l'âge de 18 ans, il est nommé organiste de l'église Saint-Merri, à Paris, et crée parallèlement sa Première Symphonie. Il acquiert très vite une très bonne réputation et suscite l'admiration de musiciens tels que Hector Berlioz et Franz Liszt.

En 1857, il succède à Lefébure-Wely aux grandes orgues Cavaillé-Coll de l'église de la Madeleine, et reçoit la visite de plusieurs musiciens, dont Liszt, qui est très impressionné par ses improvisations. Liszt décrira ainsi Saint-Saëns comme « le premier organiste du monde ». Saint-Saëns a alors 22 ans. Il reste à ce poste durant vingt années, qu’il vit comme les plus heureuses de sa vie.

Durant toutes ces années, l’activité du compositeur est intense : il contribue aux nouvelles éditions d’œuvres de Gluck, Mozart, Beethoven, mais aussi Liszt. Il défend les ouvrages de Schumann, et de Wagner, qui n’est pourtant pas très apprécié au Conservatoire de Paris. Il compose beaucoup : en 1858, l’éditeur Girod lui paye 500 francs pour la livraison de la partition des Six duos pour piano et harmonium, argent avec lequel il s’achète un télescope.

De 1861 à 1865, il obtient un poste de professeur de piano à l’École Niedermeyer, fondée en 1853 dans le IXe arrondissement de Paris. Là-bas, il enseigne notamment à Gabriel Fauré et André Messager. Parallèlement, il retente sa chance au Concours de Rome, et échoue à nouveau, ce qui ne l’empêche pas de continuer à composer abondamment. Ainsi, en 1867, sa cantate Les Noces de Prométhée est récompensée dans un concours dont le jury est composé de compositeurs aussi réputés que Rossini, Auber, Berlioz, Verdi et Gounod. L’année suivante, il compose en dix-sept jours seulement son Deuxième Concerto pour piano, parce que son ami Anton Rubinstein venait à Paris et avait besoin de quelque chose de nouveau à jouer !

Durant les années 1870, il écrit régulièrement dans les journaux, dont la Gazette musicale, et s’engage dans une polémique contre Vincent d'Indy. Parallèlement, alors que la guerre entre l’Allemagne et la France éclate, le compositeur s’engage dans la Garde nationale.

Puis il s’installe en Angleterre. Il joue à Windsor à deux reprises devant la reine Victoria, qui note dans son journal :

« il joue magnifiquement à l’orgue… Il a également joué quelques-unes de ses compositions au piano, et il joue et compose magnifiquement ».

Il profite de son voyage pour étudier les partitions de Haendel à la bibliothèque de Buckingham Palace. C’est seulement après la fin des troubles politiques que Saint-Saëns retourne en France, et fonde alors en 1871, la Société nationale de musique, dont le but est de favoriser la diffusion des œuvres écrites par les compositeurs français contemporains, dans un contexte de défaite française face à la Prusse. Parmi les fondateurs de cette association, on trouve aussi César Franck, Édouard Lalo et Gabriel Fauré. On retrouve là l’un des traits de caractère importants des gens de l'époque présent également chez Saint-Saëns : le patriotisme. À l'instar de ses contemporains y compris de nombreux artistes et intellectuels, le patriotisme de Saint-Saëns n'allait pas sans un sentiment de profonde défiance à l'égard de l'étranger, et tout particulièrement des Allemands.

1872 est une année noire pour le compositeur : son œuvre lyrique La Princesse jaune est un échec, et sa grand-tante, qui lui avait appris le piano, décède.

Néanmoins, les années suivantes vont apporter au compositeur leur lot de bonheur. Resté longtemps célibataire, il se marie en 1875, âgé de 40 ans, avec Marie-Laure Truffot, alors âgée de 19 ans. Elle est la fille d'un industriel, Rodrigues Philippe Truffot, également maire du Cateau-Cambrésis. Mais Saint-Saëns montre peu d’intérêt pour son épouse. Certaines sources prétendent que son mariage était plus une contrainte sociale qu’un réel désir. Sa femme lui donne deux enfants, deux garçons, qui meurent tous deux en 1878, l’un d’une chute et l’autre de maladie. En novembre 1875, Saint-Saëns est invité par la Société russe de musique en tournée à Saint-Pétersbourg. Il présente ses œuvres et dirige ("avec feu", selon la critique) La Danse macabre. Avec Anton Rubinstein, il joue à deux pianos ses variations sur des thèmes de Beethoven.

Sur le plan artistique, Saint-Saëns est plus heureux que dans sa vie personnelle. En 1877, il se voit attribuer 100 000 francs par un mécène, Albert Libon, qui meurt la même année. Il fait un séjour à Devise dans la Somme où il fait la connaissance du maire Georges Tattegrain, sculpteur et de son frère, le peintre Francis Tattegrain, à qui il achète une toile: Marine3. Il compose en ce lieu: Le Timbre d'Argent et Sansom et Dalila. Saint-Saëns crée alors en 1878, à l’église Saint-Sulpice, son Requiem, qu’il dédie à la mémoire de son bienfaiteur.

Cette même année, il fait jouer à ses propres frais plusieurs œuvres de Liszt, notamment les poèmes symphoniques, forme qui l’inspire également, puisqu’il est le premier compositeur français à en composer. Dans les années 1870, ce ne sont pas moins de quatre poèmes symphoniques que crée Saint-Saëns : Le rouet d'Omphale (1871), Phaéton (1873), La Danse macabre (1874), La Jeunesse d'Hercule (1877).

Au début des années 1880, le génie de Saint-Saëns est publiquement reconnu, puisqu’il est élu à l’Académie des beaux-arts en 1881, et est promu officier de la Légion d’honneur en 1884. En 1886, il compose deux œuvres majeures : la Symphonie no 3 avec orgue et le Carnaval des animaux. La symphonie est le symbole du gigantisme en vogue à l’époque (rappelons qu’en 1889 sera construite la Tour Eiffel) : l’introduction d’un orgue dans une symphonie, chose qui n’avait jamais encore été faite, donne à l’œuvre une dimension inédite. Quant au Carnaval des animaux, il s’agit d’un divertissement : alors que Saint-Saëns est en vacances, il cherche à distraire ses amis et sa famille. Comme c’est une pièce légère et satirique (il y parodie notamment un passage de "La Damnation de Faust" de Berlioz, l’aria du Barbiere de Rossini et sa propre Danse macabre), Saint-Saëns interdit la représentation de l’œuvre de son vivant. Seule la partie intitulée Le Cygne est exclue de cette interdiction, et deviendra un « tube » pour violoncelle et piano.

Saint-Saëns revient à Saint-Pétersbourg en novembre 1887. Il compose et joue Capriccio sur des thèmes populaires russe et danois, dédié au tsar Alexandre III et à l'impératrice, Maria Feodorovna née princesse de Danemark. Il donne trois concerts, dont un pour la Croix-Rouge et un autre pour la société de bienfaisance française de la ville.

L’année 1888 marque un tournant dans la vie de Saint-Saëns : il perd sa mère, dont il était très proche. Cette disparition l’affecte profondément. Dès lors, sa vie change : il voyage énormément. L’Algérie et l’Égypte sont des destinations privilégiées, qui l’influencent dans ses orientations musicales : le Concerto pour piano no 5 est nommé « l’Égyptien ». Il se produit également en Europe, Asie de l’Est, Amérique du Sud et Afrique du Nord.

Puis, le compositeur revient en France et s’installe à Dieppe, où un musée à son honneur est fondé de son vivant en 1890. La même année, il publie un recueil de poèmes intitulé Rimes familières, où strophes, sonnets, et poésies diverses se mêlent. Il s’essaye également à l’écriture dramaturgique : il compose La Crampe des écrivains, petite comédie en prose en un acte qu’il dédie à ses amis algérois, et dont la première représentation a lieu au Théâtre municipal d’Alger le 1er mars 1892.

En effet, le compositeur continue à voyager abondamment dans les années 1890, en utilisant parfois de fausses identités, peut-être pour être tranquille. En quelques années, pas moins de quinze destinations, dont l’Europe, l’Afrique, l’Amérique du Sud. À l’occasion d’un de ses voyages en Angleterre, en 1893, le compositeur est nommé docteur honoris causa de l’Université de Cambridge, en même temps que son ami Tchaïkovski.

À partir de 1895, Camille Saint-Saëns entreprend avec Charles de Bordes et Vincent d'Indy l'édition des œuvres complètes de Rameau chez Durand. Les publications s'échelonnèrent de 1895 à 1918, mais l'entreprise resta inachevée et seulement 18 volumes parurent.

1896 est de nouveau une année de reconnaissance pour le compositeur : le 2 juin, il joue à la Salle Pleyel à l’occasion du cinquantième anniversaire de son premier concert en 1846. La même année, Fernand Castelbon de Beauxhostes, riche mécène amoureux de sa région, demande à Saint-Saëns de l’aider dans la récolte de fonds pour la réfection des arènes de Béziers. C’est ainsi qu’en 1898, le compositeur organise un concert pour lever des fonds : sa composition Déjanire, sur un livret de Louis Gallet, est représentée. 8 000 personnes prennent place dans les arènes pour y assister ; c’est un triomphe.

Le début du XXe siècle voit la consécration du compositeur : en 1900, sa cantate Le Feu céleste, métaphore musicale de la nouvelle Fée électricité, est exécutée à l’ouverture de l’Exposition universelle, à Paris. Les récompenses et distinctions pleuvent : en 1900, il est fait commandeur de la Légion d’honneur et reçoit la Croix du mérite ; en 1901 il est élu président de l’Académie des Beaux-Arts ; en 1902, il est décoré du « Victorian Order ».

L’année suivante, la grande tragédienne de l’époque Sarah Bernhardt commande une musique de scène à Saint-Saëns pour la représentation d’Andromaque de Racine. Parallèlement, Saint-Saëns continue d’écrire pour le théâtre : après La Crampe des écrivains, sa comédie Le Roi Apepi est créée au Théâtre municipal de Béziers en août.

En 1906, à 71 ans, il effectue sa première tournée aux États-Unis, donnant de nombreux concerts à Philadelphie, Chicago et Washington. L’année suivante, il est à nouveau récompensé publiquement, en devenant docteur honoris causa de l’Université d’Oxford.

En 1908, il compose la toute première musique spécialement composée pour le cinéma, celle du film L’Assassinat du duc de Guise.
Puis il revient au théâtre et écrit une pièce comique en un acte et en vers, Botriocéphale, créée à Paris.





Camille Saint-Saëns au piano en 1916.
En 1913, encore une récompense pour le grand compositeur : il devient Grand-Croix de la Légion d’honneur, distinction suprême.

Les années qui suivent sont l’occasion de nombreux voyages à travers le monde, notamment aux États-Unis. Il écrit parallèlement de nombreux articles contre la musique allemande et, évidemment, contre la vogue du wagnérisme.

Mais, en France, les goûts ont changé et Saint-Saëns n’est plus apprécié comme il l’était au XIXe siècle. Face à la richesse de la production allemande (Wagner, bien sûr, mais aussi Schoenberg – le Pierrot lunaire est créé en 1912) mais aussi en comparaison des compositeurs français (Ravel, Daphnis et Chloé, Debussy, L'Après-midi d'un faune), le style classique de Saint-Saëns apparaît dépassé, le témoignage d'un temps révolu. En revanche, dans les pays anglo-saxons, il est considéré comme l’un des meilleurs compositeurs français. Sa tournée de 1915, aux États-Unis remportera ainsi un franc succès. Il a alors 80 ans.

L’année de sa mort, en 1921 – il a 86 ans –, il donne un concert au casino de Dieppe pour les 75 ans de ses débuts de pianiste. Il rentre à Alger pour travailler quelques partitions. Le 16 décembre, il meurt, en prononçant, selon la légende, ces mots :

« Cette fois, je crois que c’est vraiment la fin. »

Son corps est rapatrié à Paris. Ses funérailles sont célébrées à l’église de la Madeleine. Sa dépouille est inhumée au cimetière du Montparnasse.
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
ninipeaudetoutou777

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty
MessageSujet: Re: CAMILLE SAINT SAËNS   saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyLun 5 Aoû - 14:44

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty
MessageSujet: Re: CAMILLE SAINT SAËNS   saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyMar 31 Déc - 14:59

Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
ninipeaudetoutou777

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty
MessageSujet: Re: CAMILLE SAINT SAËNS   saint - CAMILLE SAINT SAËNS EmptyMer 1 Jan - 14:40

saint - CAMILLE SAINT SAËNS 1570584945 saint - CAMILLE SAINT SAËNS 1570584945 saint - CAMILLE SAINT SAËNS 1895541653 saint - CAMILLE SAINT SAËNS 1895541653 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty
MessageSujet: Re: CAMILLE SAINT SAËNS   saint - CAMILLE SAINT SAËNS Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
CAMILLE SAINT SAËNS
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Saint Sulpice de Favière
» Disque Castagnet à Saint Ouen (Dupré)
» La BF de Saint Jorioz invite la BF de Combloux le samedi 17 mai.
» dj-skullz (Belgique, Hainaut, Saint-Ghislain)
» Messe de Saint Hubert

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MusiqueMusiqueMusique :: LES CLASSIQUES :: MUSIQUE CLASSIQUE-
Sauter vers: