MusiqueMusiqueMusique
-
<!-- Mon compteur de vote Weborama -->
<A HREF="http://www.weborama.fr/?id_vote=467816" target="_top">Votez pour ce site au Weborama</A>
<!-- fin de mon code-->

MusiqueMusiqueMusique

Musique classique, jazz, variétés d'hier et d'aujourdhui
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion
Rechercher
 
 

Résultats par :
 
Rechercher Recherche avancée
Mots-clés
Damia
Derniers sujets
» Johnny Green
Dim 3 Avr - 10:02 par Charly2

» Eugen Kapp
Mer 23 Mar - 17:54 par Charly2

» Olga Peretyatko
Dim 20 Mar - 12:16 par Charly2

» Tarcisio Teruzzi
Dim 20 Mar - 12:10 par Charly2

» Rebekah Harkness (1915-1982) : "Voyage vers l’Amour" ballet (1958)
Sam 19 Mar - 12:03 par Charly2

» Kerson Leong
Ven 18 Mar - 22:35 par Charly2

»  BORIS VIAN
Ven 18 Mar - 19:42 par Charly2

» Alexei Machavariani
Dim 13 Mar - 14:01 par Charly2

» Lee Hoiby
Sam 12 Mar - 13:30 par Charly2

Partenaires

créer un forum

      

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 5 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 5 Invités :: 2 Moteurs de recherche

Aucun

Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 60 le Lun 28 Déc - 20:57

Partagez | 
 

 Wolfgang Amadeus Mozart

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin
avatar

Messages : 503
Date d'inscription : 10/12/2012

MessageSujet: Wolfgang Amadeus Mozart   Mar 11 Déc - 14:48

[size=12]Joannes Chrysostomus Wolfgangus Theophilus Mozart, ou Wolfgang Amadeus Mozart1 (né à Salzbourg, principauté du Saint-Empire romain germanique, le 27 janvier 1762, mort à Vienne le 5 décembre 1791), était un compositeur. Mort à trente-cinq ans, il laisse une œuvre importante (626 œuvres sont répertoriées dans le catalogue Köchel), qui embrasse tous les genres musicaux de son époque. Selon le témoignage de ses contemporains, il était, au piano comme au violon, un virtuose.

On reconnaît généralement qu'il a porté à un point de perfection le concerto, la symphonie, et la sonate, qui devinrent après lui les principales formes de la musique classique, et qu'il fut un des plus grands maîtres de l'opéra. Son succès ne s'est jamais démenti. Son nom est passé dans le langage courant comme synonyme de génie, de virtuosité et de maîtrise parfaite.

Né à Salzbourg, qui est alors la capitale d'une principauté ecclésiastique du Saint-Empire romain germanique (Cercle de Bavière), Mozart est le fils du compositeur et grand pédagogue, Léopold Mozart qui occupe alors la fonction de vice-maître de chapelle à la cour du prince-archevêque de Salzbourg, et de Anna Maria Pertl, son épouse.





Leopold, Wolfgang au clavecin et Maria-Anna(dite Nannerl) Mozart en 1764
Wolfgang est le septième enfant du couple. Trois enfants sont morts en bas âge avant la naissance de sa sœur Maria Anna (surnommée « Nannerl », née en 1751), et deux autres sont encore morts entre la naissance de cette sœur aînée et la sienne.

Il est baptisé Joannes Chrysost[omus] Wolfgangus Theophilus. Theophilus, signifiant « aimé de Dieu », a des équivalents allemand (Gottlieb), italien (Amedeo) et latin (Amadeus).

Dès l'âge de trois ans, Mozart révèle des dons prodigieux pour la musique : il a l'oreille absolue et certainement une mémoire eidétique. Ses facultés déconcertent son entourage, et incitent son père à lui apprendre le clavecin dès sa cinquième année. Le jeune Mozart apprend par la suite le violon, l'orgue et la composition. Il sait déchiffrer une partition et jouer en mesure avant même de savoir lire, écrire ou compter. À l'âge de six ans (1762), il compose déjà ses premières œuvres (menuets KV.2, 4 et 5 ; allegro KV.3). À quatorze ans, il aurait ainsi parfaitement retranscrit le Miserere de Gregorio Allegri, œuvre religieuse complexe, non publiée, qui dure environ quinze minutes, en ne l'ayant écouté qu’une seule fois.

Le voyageur

Articles détaillés : Tournée européenne de la famille Mozart et Mozart en Italie.





Mozart (au clavier) en 1770 avec le violoniste Thomas Linley, autre enfant prodige, détail d'une toile anonyme du XVIIIe siècle, (collection privée)
Entre 1762 et 1766, le jeune Mozart entreprend un long périple musical avec son père, employé par le prince-archevêque Schrattenbach, ainsi qu'avec sa sœur aînée Maria-Anna. Ils vont d'abord à Munich, puis à Vienne, avant de s'engager, le 9 juin 1763, dans une longue tournée en Europe, qui les emmène de nouveau à Munich, puis à Augsbourg, Mannheim, Francfort, Bruxelles, Paris, Londres, La Haye, Amsterdam, Dijon, Lyon, Genève, et Lausanne. Les exhibitions du jeune musicien impressionnaient les auditeurs et lui permettaient de capter de nouvelles influences musicales. Il fait ainsi la rencontre de deux musiciens qui vont le marquer définitivement : Johann Schobert à Paris, et Johann Christian Bach, fils cadet de Jean-Sébastien Bach, à Londres. Ce dernier lui fait découvrir le pianoforte, inventé au début du siècle, et l'opéra italien, il lui apprend également à construire une symphonie.

En 1767, à l'âge de onze ans, Mozart compose son premier opéra Apollo et Hyacinthus (K.38), une comédie latine destinée à être interprétée par les élèves du lycée dépendant de l'Université de Salzbourg. De retour en Autriche, il se rend régulièrement à Vienne, et, durant l'été 1768, compose deux autres opéras : Bastien et Bastienne et La finta semplice ; il n'a alors que douze ans. L'année suivante, le prince-archevêque le nomme maître de concert. Son père obtient un congé, sans solde, ce qui lui permet de faire découvrir l'Italie à son fils (Mozart s'y rendra régulièrement jusqu'en 1773) ; il y étudie l'opéra, forme musicale dans laquelle il excellera (Le nozze di Figaro (les Noces de Figaro), Don Giovanni, Così fan tutte (Ainsi font-elles toutes), Die Zauberflöte (la Flûte enchantée)…) et grâce à son travail sur les harmonies vocales et sa maîtrise de la polyphonie, il donnera ses lettres de noblesse à ce genre. En Italie, il se lie au savant Padre Martini, devient membre de l'Accademia Filarmonica de Bologne – qui pourtant n'admettait en principe que des membres âgés de plus de vingt ans. Le pape Clément XIV le nomme Cavaliere del lo speron d'oro (Chevalier de l'éperon d’or).

Le 16 décembre 1771, le prince-archevêque Schrattenbach décède. Le Prince-archevêque Colloredo devient son nouvel employeur.
Au service du prince-archevêque Colloredo (1773-1781)





Portrait de Mozart par Lange et, selon sa femme Constance, le plus ressemblant de Mozart
Le prince-archevêque Colloredo, à la différence de son prédécesseur, tolère moins les voyages de la famille Mozart. Mais le jeune musicien se résigne mal à rester dans sa ville natale. En outre, son nouvel employeur lui impose la forme des pièces qu'il doit composer pour les cérémonies religieuses. À dix-sept ans, il a du mal à accepter ces contraintes, et ses relations avec le prince-archevêque se dégradent au cours des trois années qui suivent.

C'est à cette époque qu'il fait la connaissance, à Vienne, de Joseph Haydn, avec qui il entretiendra tout au long de sa vie une correspondance et une amitié teintée d'admiration, réciproque.Mozart appellera J.Haydn "papa Haydn", avec beaucoup d'affection.

Joseph Haydn à Léopold Mozart :



« Je vous le dis devant Dieu, en honnête homme, votre fils est le plus grand compositeur que je connaisse, en personne ou de nom, il a du goût, et en outre la plus grande science de la composition. »

Wolfgang Amadeus Mozart à propos de Joseph Haydn :



« Lui seul a le secret de me faire rire et de me toucher au plus profond de mon âme. »

En 1776, Mozart qui a alors vingt ans, décide de quitter Salzbourg. Mais le prince-archevêque refuse de laisser partir son père, et lui impose de démissionner de son poste de maître de concert. Après une année de préparatifs, il part avec sa mère, tout d'abord à Munich, où il n'obtient pas de poste, puis à Augsbourg, et enfin à Mannheim, où il se lie d'amitié avec de nombreux musiciens. Toutefois, ses démarches pour obtenir un poste restent, là aussi, infructueuses. C'est à Mannheim également qu'il tombe éperdument amoureux de la cantatrice Aloysia Weber, ce qui suscite la colère de son père, qui lui demande de ne pas oublier sa carrière. Couvert de dettes, Mozart comprend qu'il doit reprendre ses recherches, et part pour Paris, au mois de mars 1778.

Il espère trouver de l'aide auprès de Melchior Grimm, qui s'était occupé de sa tournée lorsqu'il avait sept ans, mais sans succès. Il ne trouve pas non plus de poste, et a même du mal à se faire payer ses œuvres, dans une France qui est alors en crise. Lors de ce séjour, sa mère tombe malade et meurt le 3 juillet. Mozart rentre alors à Salzbourg, où son père réussit à convaincre le prince-archevêque de le reprendre à son service. Sur le trajet de son retour, il passe par Munich, où vit la famille Weber. Mais Mozart apprend qu'Aloysia aime un autre homme. Après tous ces malheureux événements, il arrive, déprimé, à Salzbourg le 29 janvier 1779, où il retrouve son ancien poste.





Portrait appelé le « Mozart de Bologne », peint en 1777 à Salzbourg par un inconnu, pour le père Martini, qui l'avait commandé pour sa galerie de portraits de compositeurs3. Léopold Mozart écrira à propos du portrait, dans une lettre adressée au père Martini, datée du 22 décembre 1777 : « C'est une œuvre d'art de valeur médiocre, mais je peux vous assurer que du point de vue de la ressemblance, elle est parfaite. »4
En novembre 1780, il reçoit une commande pour l'opéra de Munich, et il part donc, comme son contrat l'y autorise. La création, le 29 janvier 1781, de Idomeneo, Rè di Creta (Idoménée, roi de Crète), est accueillie triomphalement par le public. De retour à Salzbourg, Mozart doit suivre son employeur à Vienne, où le prince-archevêque le traite publiquement de « voyou » et de « crétin » avant de le congédier. Mozart s'installe alors dans la capitale autrichienne, dans la pension de madame Weber, comme compositeur indépendant.

Mozart visita trois fois la ville de Mayence jusqu'en 17905.

Vienne (1781-1791)

L'indépendance

Mozart, désormais débarrassé de l'autorité de son père et de son employeur, peut enfin composer plus librement. En 1782, l'empereur Joseph II lui commande un opéra. Ce sera Die Entführung aus dem Serail (L'Enlèvement au sérail), en langue allemande, qui incitera Gluck, compositeur et directeur des concerts publics à Vienne, à féliciter Mozart.

Mozart a fait la connaissance de la troisième fille de madame Weber, Constance, et décide de l'épouser sans attendre le consentement écrit de son père. Le mariage est célébré le 4 août 1782, dans la cathédrale Saint-Étienne. Peu après, le baron van Swieten lui fait découvrir deux compositeurs qui sont alors tombés dans l'oubli : Bach et Haendel. Mozart, homme de théâtre, tout comme Haendel, admire les effets musicaux créés par ce dernier pour accentuer le caractère dramatique de ses œuvres. Il est en outre fasciné par l'art du contrepoint de Bach, qui influence directement sa Grande messe en ut mineur KV 427, et nombre de ses œuvres par la suite. La même année, il commence une série de six quatuors dédiés à son ami Joseph Haydn, qui se terminera en 1785.

Le 14 décembre 1784, Mozart entre en franc-maçonnerie, et gravit rapidement les échelons pour devenir maître, le 13 janvier 17856. Il écrit par la suite plusieurs œuvres pour ses frères maçons, dont Die Maurerfreude (La joie des maçons, K 471) en février 1785, la Maurerische Trauermusik (Musique funèbre maçonnique, K 477) en novembre 1785, et surtout, en 1791, La Flûte enchantée (dit opéra maçonnique) KV 620, qui est une description de l'initiation à la franc-maçonnerie.

En 1786, Mozart fait la connaissance du librettiste Lorenzo da Ponte, poète officiel du théâtre de Vienne. Ce dernier convainc l'empereur d'autoriser la création d'un opéra basé sur Le Mariage de Figaro, de Beaumarchais, alors qu'il avait fait auparavant interdire la pièce, jugée subversive. Mozart met en musique le livret de Lorenzo da Ponte, et la première de Le nozze di Figaro (Les Noces de Figaro) a lieu le 1er mai 1786 à Vienne. Son succès n'empêche pas son retrait rapide de l'affiche. Mozart part alors à Prague, où Le nozze connaît un grand succès. En hommage à cette ville, il compose la Symphonie no 38 en ré majeur.

Il reçoit alors du directeur du théâtre de Prague la commande d'un opéra pour la saison suivante. Mozart fait à nouveau appel à Lorenzo da Ponte pour créer le livret de Don Giovanni. Le 28 mai 1787, son père, Léopold, meurt. Ce décès bouleverse Mozart, et va influencer la composition de son opéra alors en chantier. Don Giovanni est créé au théâtre des États de Prague le 28 octobre 1787 avec un grand succès, mais qui ne se confirmera cependant pas à Vienne.

Les difficultés, la maladie et la fin prématurée





Mozart en 1789, portrait exécuté à la pointe d'argent par Doris Stock (76 x 62 mm). Cette représentation de Mozart est l'une des rares qui lui ressemble vraiment.
Durant les dernières années de sa vie, Mozart est souvent malade, et chroniquement endetté, et ceci malgré de nombreux succès très bien rétribués, car il mène grand train de vie. Il compose beaucoup : sonates, concertos, symphonies, opéras (dont Così fan tutte, sa dernière collaboration avec Lorenzo da Ponte). L'année 1790, qui voit le décès de l'empereur Joseph II (son successeur Léopold II n'est pas favorable aux francs-maçons) et le départ de Joseph Haydn pour Londres, est peu productive.

En 1791, Emanuel Schikaneder, un de ses amis francs-maçons, directeur d'un petit théâtre populaire de Vienne, lui commande un opéra. Il en fournit le livret, et Mozart écrit la musique de son avant-dernier opéra, Die Zauberflöte (La Flûte enchantée). Sa création le 30 septembre est un triomphe.

En juillet, un inconnu lui commande un Requiem (KV 626), qui doit rester anonyme. On sait aujourd'hui qu'il était commandité par le comte Franz von Walsegg, et on suppose que celui-ci souhaitait soit faire deviner à ses amis le nom de l'auteur, soit s'en attribuer la paternité. Mozart, affaibli par la maladie et les privations, doit, en outre, faire face à une surcharge de travail, car il a reçu (début août) la commande d'un opéra (La Clemenza di Tito, KV 621) pour le couronnement du roi de Bohême Léopold II, qu'il doit composer en trois semaines.

Il meurt le 5 décembre 1791, cinq minutes avant une heure du matin7, à l'âge de trente-cinq ans, sans avoir pu achever ce Requiem (qui sera terminé à la demande de Constance par un de ses élèves, Franz Xavier Süssmayer). Les raisons de sa mort restent inconnues : elles ont fait l'objet de nombreuses publications et près de 140 causes possibles ont ainsi été citées8.

La légende, reprise dans le film Amadeus, de Milos Forman, qui veut que Mozart ait composé ce Requiem en prémonition de sa mort prochaine relève plus de l'imagerie romantique que de la réalité. Mozart est enterré au cimetière Saint Marc dans la banlieue de Vienne, dans un des seize caveaux d'une tombe communautaire, ce qui correspondait à un enterrement de troisième classe, sa femme, Constance, ne pouvant se permettre mieux au vu de la situation financière du ménage. Un des fossoyeurs nota l'emplacement et lors du remembrement du cimetière en 1801, récupéra le crâne de Mozart pour le confier à un anatomiste Viennois qui en fera don au Mozarteum de Salzbourg. Si ni la famille, ni les amis n'accompagnèrent le cercueil à son inhumation, cela semble être en raison d'un décret impérial qui interdisait aux convois funèbres l'accès aux faubourg en raison d'épidémies, dont le choléra. 9. Le service commémoratif a lieu à Prague le 14 décembre, devant des milliers de personnes. Emanuel Schikaneder en organise un à Vienne, au cours duquel le début du Requiem (Introitus et Kyrie) pourrait avoir été joué.

Famille





Constanze Mozart
Mozart épousa Constanze Weber (1763-1842) le 4 août 1782. Ils eurent six enfants en près de neuf ans :
Raimund Léopold Mozart (17 juin 1783 - 19 août 1783)
Karl Thomas Mozart (21 septembre 1784 - 31 octobre 1858)
Johann Léopold Mozart (18 octobre 1786 - 15 novembre 1786)
Theresia Mozart (27 décembre 1787 - 29 juin 1788)
Anna Mozart (mort-née le 16 novembre 1789)
Franz Xaver Wolfgang Mozart (26 juillet 1791 - 29 juillet 1844).

Seuls deux des enfants, Karl Thomas et Franz Xaver Wolfgang, survécurent passée la petite enfance. En raison de ses fréquentes grossesses, Constance est réputée pour avoir été faible et souvent confinée dans son lit.

Son œuvre

Le style

Style galant et style savant

Mozart est, avec Haydn et Beethoven, l’un des principaux représentants du style classique « viennois ». Cela ne suffit certes pas à le définir. Dans une époque dominée par le style galant, Mozart réalise la synthèse avec des complexités contrapuntiques propres au baroque tardif, et avec des formes novatrices influencées notamment par les fils Bach ou par Haydn. Si Mozart est le meilleur représentant du style classique, son style va toutefois bien au-delà : il est l’un des plus personnels et des plus immédiatement reconnaissables à l’oreille.

Né dans une famille de musiciens, tôt habitué à voyager et à rencontrer des instrumentistes et compositeurs d’horizons et nationalités différents, Mozart devient dès l’enfance un imitateur de génie et s’approprie tout ce qu’il entend. Il suit cette méthode tout au long de sa vie, notamment quand il s’agit de se familiariser avec le contrepoint, ce « style savant » (ou « sévère ») si difficile à assimiler à l’époque où on lui oppose le style galant dans lequel Mozart baigne depuis l’enfance. Mozart commence par transcrire plusieurs fugues de Bach pour trio à cordes, sur une commande de Van Swieten (KV 404a), puis se consacre réellement à composer des fugues, non sans difficultés : celle entamée pour le final de la sonate pour violon KV 402 reste inachevée ; tandis que celles du prélude et fugue KV 394 composé en 1782 ou de la suite dans le style de Haendel KV 399 sont d’une extrême complexité, qui traduit les difficultés rencontrées par Mozart dans l’étude du contrepoint. Pourtant, celui-ci nourrit la messe en ut mineur KV 427 entamée à la même époque. Dans les mois suivants, on retrouve des fugues pour vents (sérénade KV 388), pour piano (Fugue en do mineur pour 2 pianos KV 426, par la suite transcrite pour orchestre dans l’adagio et fugue KV 546), et plus tard pour orgue (KV 594 et KV 608). Puis, dans les années suivantes, Mozart abandonne la simple imitation, mais des œuvres bénéficient de ce travail : le final du quatuor en sol majeur (KV 387) ou le final de la Symphonie « Jupiter » (KV 551), deux mouvements où la superposition des lignes atteint une maîtrise inégalée.

Un génie audacieux et diversifié





Le livret des Noces de Figaro pour la création à Prague, en 1786
Il est impossible de définir Mozart par un genre précis. Opéra, symphonie, concerto, musique de chambre, musique sacrée… Mozart est un touche-à-tout qui s’approprie chaque genre, chaque forme, chaque instrument pour mieux le réinventer. Si les traits principaux du style classique sont bien présents dans ses œuvres (clarté de la structure et de ses articulations, équilibre de la formation, harmonie simple), si son don inné pour la mélodie est une évidence, Mozart en joue pour mieux faire ressortir tel motif, telle dissonance, surprendre par des audaces peu prisées de ses contemporains : quelques œuvres, à l’époque confidentielles, en portent la marque (comme la fantaisie en ut mineur KV 475 ou le quatuor « Dissonance » KV 465, dont l’introduction justifie le nom).

Mozart n’était pas pour autant un révolutionnaire. Il est l’auteur d’une abondante production de divertimentos, menuets et airs très conformes aux conventions de l’époque, sans jamais se laisser enfermer dans un registre. Lorsqu’il compose ses opéras, c’est chaque fois avec une alternance entre opera buffa (les Noces de Figaro, Così fan tutte…) et opera seria (Idomeneo, Don Giovanni…). Et son avant-dernier opéra rompt avec chacun de ces deux styles puisqu’il s’agit d’un Singspiel, une opérette allemande chargée de symbolisme et, à vrai dire, inclassable : la Flûte enchantée.

Cultivé, curieux, sans cesse à l’écoute des inventions musicales ou artistiques de son époque, Mozart a su jusqu’au bout faire évoluer son style au gré des découvertes. On sent facilement l’influence débutante du Sturm und Drang allemand dans les dernières années mozartiennes (et pas seulement dans Don Giovanni ou dans le Requiem). Le propre du génie mozartien est là : avoir su s’inspirer de ses contemporains sans jamais suivre d’autre modèle que le sien propre.

La force et la grâce, la puissance et l’émotion, le pathétique, l’humour, l’élégance la plus exquise sont réunis dans son œuvre pour faire de Mozart le compositeur le plus accompli de sa génération.

On peut dire de sa musique qu'il a poussé la forme classique, la musique du XVIIIe siècle, à son paroxysme, avant l'avènement du romantisme, son génie est d'avoir mis toute la tendresse, toute la musicalité dans cette forme dite « classique ».

L’influence

Mozart a de toute évidence eu une grande importance sur l’histoire de la musique, et ce, dès ses contemporains. Même son aîné, Haydn, ami et admirateur de Mozart, en subit l’influence dans ses dernières symphonies et messes, et dans ses deux oratorios.

Les successeurs de Mozart n’y échappent pas. Beethoven, fortement impressionné par Mozart, qu’il a probablement croisé dans sa jeunesse. Schubert, qui grandit à Vienne à l’époque même où le génie de Mozart est enfin unanimement reconnu, quelques années après sa mort. D’autres compositeurs, moins à l’avant-garde du romantisme, restent plus proches de l’esprit mozartien classique, notamment son élève Johann Nepomuk Hummel ou Ludwig Spohr. Les opéras de Gioachino Rossini doivent beaucoup à Mozart, et ce n’est pas un hasard si ce dernier choisit de mettre en musique Le Barbier de Séville de Beaumarchais, premier volet des frasques de Figaro. Enfin, Mendelssohn, Chopin, Brahms, et même Busoni assument l’héritage de Mozart dans une grande partie de leurs œuvres, souvent à la même hauteur que celui de Bach.

Aujourd’hui, il est incontestablement le plus populaire des classiques, et probablement le plus joué.

Catalogue Köchel (KV)

Article détaillé : Catalogue Köchel.

Quelques décennies après la mort de Mozart, plusieurs tentatives ont été faites afin d’inventorier ses compositions. Toutefois, c’est seulement en 1862 que Ludwig von Köchel, musicologue, complètera un catalogue chronologique de 626 œuvres, qui fait, aujourd’hui encore, figure de référence. Sa sixième édition recense désormais 893 œuvres.

Œuvres majeures

Œuvres sacrées



Fichier audio



Vesperae de dominica, Confitebor (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Veni sancte spiritus, K. 47
Exsultate, jubilate, K. 165 (1773, Milan)
Vesperae de dominica, K. 321
Krönungsmesse en ut majeur (Messe du Couronnement K. 317 ), (1779)
Vesperae solennes de confessore, K. 339
Messe en ut mineur, K. 427 (1782-83)
Ave verum corpus, K. 618
Requiem en ré mineur, K. 626 (1791, Vienne)

Opéras
Apollo und Hyacinthus (Apollon et Hyacinthe), K.38 (13 mai 1767, Salzbourg) C'est le premier véritable opéra de Mozart, alors âgé de 11 ans
Bastien und Bastienne (Bastien et Bastienne), K. 50 (1768, Vienne) Il n’avait que 12 ans à l’époque
La Finta Semplice (La Fausse Ingénue), K. 51 (1769, Salzbourg)
Mitridate, re di Ponto (Mithridate), K. 87 (1770, Milan)
Ascanio in Alba, K. 111 (1771, Milan)
La Betulia liberata10, KV118/74c (1771)
Il sogno di Scipione (Le songe de Scipion), K. 126 (1772, Salzbourg)



Fichier audio



Don Giovanni, Ouverture (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Lucio Silla, K. 135 (1772, Milan)
La Finta giardiniera, K196 (1775, Munich)
Il Re pastore (Le Roi pasteur), K. 208 (1775, Salzburg)
Zaide, K. 344 (1780, Salzbourg) Opéra inachevé
Thamos, König in Ägypten (Thamos, roi d'Égypte) K. 345 (336a) (entre 1773 et 1780)
Idomeneo, rè di Creta, K. 366 (1781, Munich)
Die Entführung aus dem Serail (L’Enlèvement au sérail), K. 384 (1782, Vienne)
Der Schauspieldirektor (Le Directeur de théâtre) K. 486 (1786, Vienne)
Le Nozze di Figaro (Les Noces de Figaro), K. 492 (1786, Vienne)
Don Giovanni (Don Juan), K. 527 (1787, Vienne et Prague)
Così fan tutte (Ainsi font-elles toutes), K. 588 (1790, Vienne)
La Clemenza di Tito (La Clémence de Titus), K. 621 (1791)
Die Zauberflöte (La Flûte enchantée), K. 620 (1791, Vienne)

Symphonies
Symphonie no 25 en sol mineur, K. 183 (fin 1773)
Symphonie no 28 en ut majeur, K. 200 (novembre 1773)
Symphonie no 29 en la majeur, K. 201 (début 1774)
Symphonie no 31 en ré majeur dite « Paris », K. 297 (mars 1778)
Symphonie no 34 en ut majeur, K. 338 (août 1780)
Symphonie no 35 en ré majeur dite « Haffner », K. 385 (juillet-août 1782)
Symphonie no 36 en ut majeur dite « Linz », K. 425 (novembre 1783)
Symphonie no 38 en ré majeur dite « Prague », K. 504 (fin 1786)



Fichier audio



Symphonie n° 40, Molto Allegro (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Symphonie no 39 en mi bémol majeur, K. 543 (juillet-août 1788)
Symphonie no 40 en sol mineur, K. 550 (juillet-août 1788)
Symphonie no 41 en ut majeur dite « Jupiter », K. 551 (juillet-août 1788)

Concertos



Fichier audio



Concerto pour piano n° 25, Andante (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Concertos pour piano et orchestre : Concerto pour piano no 9 en mi bémol dite « Jeunehomme », K. 271 (1777)
Concerto pour deux pianos en mi bémol majeur, K. 365 (1778)
Concerto pour piano no 12 en la majeur, K. 414 (1783)
Concerto pour piano no 13 en do majeur, K. 415 (1783)
Concerto pour piano no 14 en mi bémol majeur, K..449 (1783)
Concerto pour piano no 15 en si bémol majeur, K. 450 (1784)
Concerto pour piano no 16 en ré majeur, K. 451 (1784)
Concerto pour piano no 17 en sol majeur, K. 453
Concerto pour piano no 19 en fa majeur, K. 459 (1784, Vienne)
Concerto pour piano no 20 en ré mineur, K. 466 (1785, Vienne)
Concerto pour piano no 21 en ut majeur, K. 467 (1785, Vienne)
Concerto pour piano no 22 en mi bémol majeur, K. 482
Concerto pour piano no 23 en la majeur, K. 488
Concerto pour piano no 24 en ut mineur, K. 491
Concerto pour piano no 25 en ut majeur, K. 503
Concerto pour piano no 26 en ré majeur dit « du Couronnement », K. 537 (1788)
Concerto pour piano no 27 en si bémol majeur, K. 595




Fichier audio



Concerto pour clarinette, adagio (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Concerto pour clarinette en la majeur, K. 622 (1791, Vienne)
Concertos pour flûte nos 1 et 2, K. 313 et 314 (1778, Mannheim)
Concerto pour flûte et harpe en ut majeur, K. 299 (1778, Paris)
Concertos pour violon et orchestre : Concerto pour violon no 1 en si bémol majeur, K. 207
Concerto pour violon no 2 en ré majeur, K. 211
Concerto pour violon no 3 en sol majeur, K. 216
Concerto pour violon no 4 en ré majeur, K. 218
Concerto pour violon no 5 en la majeur, K. 219




Fichier audio



Sinfonia concertante pour violon et alto, Presto (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Concertos pour cor et orchestre Concerto pour cor et orchestre n°1 en ré majeur K. 412
Concerto pour cor et orchestre n°2 en mi bémol majeur K. 417
Concerto pour cor et orchestre n°3 en mi bémol majeur K. 447
Concerto pour cor et orchestre n°4 en mi bémol majeur K. 495

Autres œuvres concertantes : Concertone pour 2 violons, hautbois, violoncelle et orchestre en ut majeur, K. 190 (1774, Salzbourg)
Sinfonia concertante pour hautbois, clarinette, cor, basson et orchestre en mi bémol majeur, K. 297b
Sinfonia concertante pour violon, alto et orchestre en mi bémol majeur, K. 364


Musique pour clavier



Fichier audio



Rondo Alla Turka (info)


Désolé, soit votre navigateur a JavaScript désactivé, soit il ne dispose d’aucun lecteur pris en charge.
Vous pouvez télécharger le clip ou télécharger un lecteur pour lire le clip dans votre navigateur.

Des problèmes pour écouter le fichier ?
Sonates pour piano : Sonate pour piano n° 1 en do majeur, K. 279 (1775)
Sonate pour piano n° 2 en fa majeur, K. 280 (1775)
Sonate pour piano n° 3 en si bémol majeur, K. 281 (1775)
Sonate pour piano n° 4 en mi bémol majeur, K. 282 (1775)
Sonate pour piano n° 5 en sol majeur, K. 283 (1775)
Sonate pour piano no  6 en ré majeur dite « Durnitz », K. 284
Sonate pour piano n° 7 en ut majeur, K. 309 (1777)
Sonate pour piano n° 8 en la mineur, K. 310 (1777)
Sonate pour piano n° 9 en ré majeur, K. 311 (1778, Paris)
Sonate pour piano n° 10 en ut majeur, K. 330
Sonate pour piano no 11 en la majeur dite « Alla turca », K. 331 (1781-83, Munich ou Vienne)
Sonate pour piano n° 12 en fa majeur, K. 332 (1783)
Sonate pour piano n° 13 en si bémol majeur, K. 333 (1785)
Sonate pour piano n° 14 en ut mineur, K. 457 (1783)
Sonate pour piano n° 15 en fa majeur, K. 533/494 (1786-1788)
Sonate pour piano no 16 en do majeur dite « Facile », K. 545 (1788)
Sonate pour piano n° 17 en si bémol majeur, K. 570 (1789)
Sonate pour piano n° 18 en ré majeur, K. 576 (1789)

Autres pièces pour piano : Douze variations sur « Ah ! vous dirai-je, Maman », K. 265
Prélude et fugue en ut majeur, K. 394
Fantaisie en ut mineur, K. 475
Fantaisie en ré mineur, K. 397
Rondo en ré majeur, K. 485
Rondo en la mineur, K. 511
Adagio en si mineur, K. 540

Pièces pour orgue : Adagio et allegro en fa mineur pour orgue mécanique, K. 594
Fantaisie en fa mineur pour orgue mécanique, K. 608
Andante en fa majeur, K. 616
Marche en do majeur, K. 408/1


Musique de chambre
Pour cordes : 6 quintettes à corde
Sonate pour violon et piano en ut majeur, K. 296
Quatuors dédiés à Haydn : Quatuor en sol majeur, K. 387 (1782, Vienne)
Quatuor en ré mineur, K. 421 (1783, Vienne)
Quatuor en mi bémol majeur, K. 428 (1783, Vienne)
Quatuor en si bémol majeur dit « La chasse », K. 458 (1784, Vienne)
Quatuor en la majeur K. 464 (1785, Vienne)
Quatuor en do majeur dit « Les dissonances », K. 465 (1785, Vienne)

Quatuors avec piano : Quatuor avec piano no 1 en sol mineur, K. 478 (1785)
Quatuor avec piano no 2 en mi bémol majeur, K. 493 (1786)

Sérénade Eine Kleine Nachtmusik (Une petite musique de nuit), K. 525 (1787, Vienne)
Adagio et fugue en ut mineur, K. 546

Pour vents : Sérénade pour instruments à vent dite « Gran Partita », K. 361
Sérénade pour octuor à vent en mi bémol majeur, K. 375 (1781) - 2 hautbois 2 clarinettes, 2 cors, 2 bassons
Sérénade pour octuor à vent en ut mineur, K. 388 (1782, Vienne) - 2 hautbois, 2 clarinettes, 2 cors, 2 bassons
Divertimento pour 3 cors de basset, K. 439

Pour ensemble mixte : Trio en mi bémol majeur pour piano, clarinette et alto dit « Les quilles », K. 498 (1786, Vienne)
Quintette avec clarinette en la majeur, K. 581 (1789, Vienne)
Quintette pour cor et cordes en mi bémol majeur, K. 407
Quatuor pour hautbois et cordes en fa majeur, K. 370 (1781)
Quintette pour piano, hautbois, clarinette, cor et basson en mi bémol majeur, K. 452
Adagio et rondo pour harmonica de verre, flûte, hautbois, alto et violoncelle en do majeur, K. 617


Écrits

Mozart ne peut pas véritablement être considéré comme écrivain. Toutefois, son abondante correspondance, qui a fait l’objet d’éditions partielles puis complètes, n’est pas seulement une source importante pour la compréhension du compositeur et de son époque, mais également une œuvre d’une qualité littéraire certaine.
Wolfgang Amadeus Mozart, Correspondance, édition de la Fondation Internationale Mozarteum, réunie et annotée par A. Bauer, O. Deutsch et J. Eibl, trad. par Geneviève Geffray. Flammarion, Paris, 1986-1999, 7 vol. ISBN 978-2-08-067782-2 (édition complète, sous coffret).
Mozart, "Lettres des jours ordinaires 1756-1791" choisies, présentées et annotées par Annie Paradis, traduites par Bernard Lortholary. Fayard 2005
.



Dernière édition par Admin le Mar 11 Déc - 15:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://musique777.forumactif.org
Admin
Admin
avatar

Messages : 503
Date d'inscription : 10/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Mar 11 Déc - 15:59

A
Revenir en haut Aller en bas
http://musique777.forumactif.org
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 14 Fév - 9:41

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
alessandro

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 10/02/2013
Age : 32
Localisation : Florence -Italie et dans le Sud-ouest de la France

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 14 Fév - 15:55

Merci d'avoir fait ce post consacré à l' illustrissime génie autrichien.

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 14 Fév - 17:37



« Je cherche les notes qui s’aiment. »
de Wolfgang Amadeus Mozart


Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Dim 27 Oct - 16:57

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


            

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Dim 27 Oct - 19:31



« Le vrai génie sans coeur est un non-sens. Car ni intelligence élevée, ni imagination, ni toutes deux ensemble ne font le génie. Amour ! Amour ! Amour ! Voilà l'âme du génie. »
de Wolfgang Amadeus Mozart



 




Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Lun 28 Oct - 8:39

j’écoute cette merveilleuse symphonie et je retourne au pieu
merci mon charly
 

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Ven 1 Nov - 16:54

Voici l'opéra que j'ai été voir






Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Ven 1 Nov - 18:38

Que c'ets beau! il y a l'ambiance, le décor, le public, l'orchestre et Mozart
je reste à l'écoute, j'emmène mon pc devant la cheminée  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Ven 1 Nov - 18:55

Jr veut l'écouter aussi, on va se le mettre après diner

tu nous offres une belle soirée mon charly

    

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Ven 1 Nov - 19:15

ça me fait fort plaisir  
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Mar 28 Jan - 9:37

Le 27 janvier, soit hier Notre génie aurait eu 252 ans.. et là on regrette qu'il n'y ai pas d'être eternel..

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Mar 28 Jan - 9:59

Ou peut être 258 ans ?
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Mer 29 Jan - 13:31

non,2252   

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Mer 29 Jan - 16:26

Désolé mais c'est 258   
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 8:21

ah ben s'il est  né en 1762 je te dis que c'est 254 ans voilà!          (1):

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 8:27

Voui mais ... Il est né en 1756   
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 8:44

prouves le!!!  

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 8:56

Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 11:26

ben moaw j'avais mis un texte d'universalis pis pour eux il est né en 1762 voilà!    

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 30 Jan - 16:14

À l'âge de six ans (1762), il compose déjà ses premières œuvres (menuets KV.2, 4 et 5, allegro KV.3 inscrits dans le Nannerl Notenbuch (en), « cahier de musique pour Nannerl »)

Ben ma ninichka chérie, l'erreur est humaine   
Revenir en haut Aller en bas
ninipeaudetoutou777
Admin
avatar

Messages : 9805
Date d'inscription : 14/12/2012

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 20 Aoû - 16:25

J'écoute Mozart avant de retourner au lit....


_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Charly2
moderateur
avatar

Messages : 2842
Date d'inscription : 03/02/2015
Age : 62

MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   Jeu 20 Aoû - 17:58

Ben dis donc, tu as bon gout ! c'est un des "morceaux" les plus écouté !

_________________
[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Wolfgang Amadeus Mozart   

Revenir en haut Aller en bas
 
Wolfgang Amadeus Mozart
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Wolfgang Amadeus Mozart
» Wolfgang Amadeus Phoenix
» Wolfgang Amadeus Mozart
» Mozart : sérénades et divertimenti
» Ecoute comparée - Mozart: Sonate n°11, K.331

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
MusiqueMusiqueMusique :: LES CLASSIQUES :: MUSIQUE CLASSIQUE-
Sauter vers: